Euronext et le Private Equity

Dans la zone euro, Euronext représente la principale et la plus grande place boursière. Généralement, pour se financer, les entreprises font généralement recours soit à l’endettement bancaire soit aux marchés financiers. 

L’introduction en bourse ne concerne qu’un nombre restreint de grandes et moyennes entreprises pour celles qui n’ont pas accès aux marchés financiers. Réservant plus d’opportunités pour tous ceux qui veulent dynamiser leur épargne, il convient de chercher à avoir plus d’informations sur cette place boursière.

Marchés et indices dans lesquels opère Euronext

Principalement, Euronext opère sur des marchés au comptant et des marchés dérivés. Voici la liste de ces marchés :

  • Euronext Amsterdam
  • Négociation sur actions non cotées
  • Dérivés sur actions et sur indices
  • Dérivés de taux (contrats et options)
  • Euronext Bruxelles
  • Alternext Bruxelles
  • Easy Next
  • Marché Libre Bruxelles
  • Trading Facility Brussels
  • Ventes Publiques Brussels
  • Euronext Dérivés. Bruxelles
  • Euronext Lisbonne
  • Alternext Lisbon
  • Easynext Lisbon
  • Mercado De Futuros E Opções
  • Négociations sur actions non cotées
  • Euronext London
  • Euronext Paris
  • Alternext Paris
  • NYSE Bondmatch
  • Euronext Paris Matif
  • Marché Libre Paris
  • Euronext Paris Monep
  • Euronext Dublin
  • Euronext Oslo

Comment investir sur Euronext facilement ?

Vous pouvez investir sur Euronext en quelques étapes, et ceci peut se faire même en ligne. Voici les étapes à suivre :

  • Inscrivez-vous sur eToro
  • Vérifiez votre compte
  • Recherchez dans la barre de recherche Euronext NV 
  • Configurez votre trade sur la plateforme puis investissez votre argent

Le Private equity est-ce que c’est risqué ?

Comme pour n’importe quel investissement le Private Equity comporte un risque de perte en capital qui peut en théorie aller jusqu’à 100%. Cependant, qui dit risque ne signifie pas pour autant accident et c’est là que le choix du produit d’investissement en Private Equity est déterminant pour la suite. 

Le risque varie significativement selon le montage, le type de produit et, bien évidemment, le sous-jacent, c’est-à-dire ce sur quoi c’est investi. Ce n’est pas pareil d’investir au capital d’une startup qui vient de se lancer, que d’investir dans un produit de Private Equity qui investit dans l’immobilier décoté en Île-de-France, par exemple.

Les premiers investissements en Private Equity comportent, comme la plupart des produits financiers, deux types de frais : les frais d’entrée qui varient selon les produits de 0 à 5%. Ils servent notamment à rémunérer le travail d’analyse et de sélection de votre conseiller. 

Ensuite, vous avez les frais de gestion, généralement compris entre 1 et 3%. N’oubliez pas que les rendements visés ou annoncés sont toujours nets de frais de gestion.

Avoir du financement sur Euronext Private equity

Une entreprise peut trouver un financement auprès d’investisseurs à long terme spécialisés soit à travers l’apport de fonds propres, soit par un financement via de la dette. Ces investisseurs apportent à l’entreprise les ressources en fonds propres, conseils et expertises. Ils l’accompagnent au quotidien dans son développement. L’investissement de ces acteurs spécialisés se traduit par une prise de participation au capital d’entreprises généralement entre 4 et 7 ans.

L’objectif de ces investisseurs privés en finançant le développement de ces sociétés est de pouvoir réaliser une plus value à la date de revente. Ils retireront un bénéfice de leur participation grâce à une meilleure valorisation des sociétés par la présence de ses acteurs privés spécialisés. 

Les sociétés investissent, grandissent et atteignent leurs objectifs de croissance. Ces investisseurs spécialisés parce qu’ils sont associés au capital et à la gouvernance partagent également le risque avec les sociétés dans lesquelles ils injectent des fonds.

Afin de pallier cet aléa financier les investisseurs mutualisent leurs participations dans plusieurs sociétés. Ils investissent dans des sociétés à différents stades de développement et dans des secteurs d’activité variés. 

Ainsi ils diversifient leurs portefeuilles et diluent le risque grâce aux fonds détenus en compte titres. Dans le cadre d’unités de compte en assurance-vie, les épargnants peuvent désormais investir indirectement dans ces sociétés non cotées. Ils bénéficient de l’expertise de la société de gestion spécialisée.

En souscrivant à des unités de compte associées à des parts de fonds de private equity au sein d’un contrat d’assurance vie ou de capitalisation, vous accompagnez et faites grandir des entreprises non cotées. 

Vous bénéficiez du potentiel de croissance de ces entreprises. Vous contribuez au développement de l’économie réelle et bénéficiez du cadre fiscal avantageux de l’assurance vie.

Quel type de solution privilégier ?

En gros, vous avez deux possibilités. Soit vous voulez soutenir et investir dans une société en particulier en investissant dans son capital. Dans ce cas, la plus-value potentielle dépendra de sa capacité à atteindre les objectifs qu’elle s’est fixés et qu’elle vous aura présentés. 

Plus vous investissez tôt, plus c’est risqué, mais plus le gain potentiel peut être élevé. Généralement, dans ces cas de figure, vous n’avez aucune visibilité dans le temps, notamment sur le gain potentiel. 

L’autre possibilité qui s’offre à vous c’est d’opter pour une approche plus prudente, mieux encadrée, mieux mutualisée via des fonds de Private Equity, les fameux Clubs Deal ou les FPS. Vous investissez alors dans un fonds. 

Ce fonds investira ensuite dans un secteur déterminé et connu au départ. Par exemple, de façon mutualisée dans les pharmacies ou l’implantation d’une grande marque de nourriture en France, etc. Vous connaissez alors, dès le départ, l’objectif de rendement, la durée du placement et ce sur quoi votre argent sera investi. 

Certes, le rendement visé ne sera que de 6 ou 7 % par an, comparé à la potentielle plus-value sur une startup. Mais, la probabilité d’atteindre l’objectif et donc de vous délivrer effectivement cette plus-value, sera beaucoup plus importante.

Par ailleurs, vous pouvez, soit vous positionner sur des produits de distribution, mais ils sont rares, soit sur les produits de capitalisation. Dans les deux cas, soyez vigilant et rigoureux dans le choix du marché cible et dans l’opérateur. 

Faites-vous conseiller par votre conseiller financier pour cela. Message à l’attention des chefs d’entreprise ou des directeurs financiers. Sachez que ces produits d’investissement en Private Equity sont destinés aux personnes morales, et donc, elles sont éligibles à la trésorerie d’entreprise.

Alors, sauf si vous êtes totalement et pleinement satisfait de vos comptes à terme à 0,50%, gardez en tête que vous pouvez gagner beaucoup plus. Vous pouvez enfin donner du sens et du rendement à votre trésorerie en visant potentiellement 6 à 8 %, tout en étant, une fois encore, acteur de l’économie réelle.

Enfin, pour les entrepreneurs qui seraient sur le point de vendre leur entreprise ou qui viennent de la vendre, il existe certains véhicules d’investissement en Private Equity qui sont éligibles au fameux article 150-0 B ter du Code Général des Impôts.

En réinvestissant au moins 60% du fruit de votre vente, dans les deux ans et dans des fonds éligibles vous pourriez bénéficier d’un report d’imposition sur la plus-value de cession. Ceci, en conservant vos positions pendant au moins 5 ans, De quoi faire une sacrée différence pour vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.